Des traducteurs qui posent des questions : c’est bon signe

Commençons par les bonnes nouvelles : rassurez-vous, un traducteur qui pose des questions est généralement un bon traducteur qui se soucie de votre image, qui veut s’assurer que vous êtes bien compris. S’il s’interroge sur le texte à traduire, ce n’est généralement pas par méconnaissance de la langue ni du sujet du texte. Il arrive en effet que l’auteur utilise un mot qui peut avoir plusieurs sens (polysémie)… ou qu’il emploie un mot dans un sens qu’il n’a pas! Un bon traducteur vérifiera auprès de vous ce que vous avez vraiment voulu dire.

Parfois, c’est une phrase au complet qui est nébuleuse : faut-il clarifier? Est-il préférable d’entretenir le doute? Parfois, l’auteur ne veut pas affirmer clairement les choses et préfère que le lecteur « lise entre les lignes ». Le traducteur devra faire de même. Parfois, c’est tout le contraire : l’auteur pensait s’être exprimé clairement, mais ne l’a pas vraiment fait. Le traducteur devient alors son premier lecteur, et ses questions viendront confirmer (ou infirmer) qu’il a bel et bien atteint son but.

Enfin, dans certains cas beaucoup plus fréquents qu’on pourrait le croire, le texte du client contient tout simplement une erreur. Un bon traducteur ne se contente pas de corriger l’erreur dans la version traduite du texte, la langue d’arrivée, il la signale à son client pour que la correction soit aussi faite dans la langue d’origine.

Vous n’avez pas écrit machinalement votre texte sans y réfléchir… Pourquoi voudriez-vous que votre traducteur le traduise de façon mécanique, comme une machine sans âme? Un traducteur qui pose des questions, c’est un traducteur vigilant qui a vos intérêts à cœur.